La Ferme des Hospices de Seilh

Le saviez-vous ?

Le château de Percin, situé sur notre commune, date du XIVème siècle. Il  faisait partie du fief de la Trichérie appartenant à la famille des Guizot. Une partie du domaine fut vendue en 1509 au sieur Pierre de Buisson qui, plus tard, en fit don à l’Hôpital St Jacques de Toulouse (Hôtel Dieu actuel).

Les Hospices de Toulouse (La Grave et St. Jacques) possédaient plusieurs domaines  agricoles autour de la ville. Tous provenaient de dons de bienfaiteurs. De ces propriétés, les Hospices sortaient vin, lait, légumes et quantité d’autres produits pour leurs malades.

La première pierre de l’Hôpital Suburbain de Toulouse fut placée en 1911 sur le Domaine de Purpan (je me rappelle avoir connu une ferme avec beaucoup de vaches : elle était située en contrebas de l’hôpital où passe le tramway). Ces domaines étaient toujours en activité.

Sur notre commune, on relève trois métairies des Hospices (voir cadastre de 1826). La première se situe chemin du Bouscassié en bordure des ramiers des Hospices, la deuxième à la « Trichérie » et la dernière à côté de la ferme Papou. Elles datent du XVIIIème et XIXème.

Concernant celle de la Trichérie,  c’est celle que les anciens du quartier des Tricheries ont connue.Seilh cadastre de 1826C’était une très grande ferme possédant entre autres une grande halle (5 arches en brique) et un magnifique verger. La métairie n’existe plus, la halle a été transformée et a abrité la crèche de la commune pendant quelque temps. Elle est passée du domaine public au domaine privé et va peut-être finir dans les mains d’un promoteur. Cela est fort regrettable car elle fait partie de notre architecture traditionnelle rurale chargée d’histoire. Vous pourrez admirer une photo datant de 1880 prise de l’intérieur de notre halle.

Creche

Quant au verger, le lotissement de la Maisonneraie du Golf  l’a englouti. Il subsiste deux fruitiers de cette époque (un prunier et un pommier). Malheureusement, un autre prunier vient d’être abattu. Survivants de ces temps révolus, un magnifique saule pleureur et deux conifères majestueux.

 

Notre village est très ancien et l’église primitive s’élevait au cimetière. St Pierre-aux-Liens était une annexe de St Julien de Beauzelle (doc. le mentionnant  du 20/02/1543). St Julien était un hospitalier et sur la carte de Cassini, à l’emplacement de notre église, il est marqué Hospitalier. En occitan espitalari d’où le nom un peu déformé au cours des siècles du quartier « Espitalis ».

 

St Pierre-aux-liens étant très délabrée, une nouvelle église, dont la patronne est Ste Blandine, fut construite en 1863 sur l’emplacement actuel.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×