Un Homme de Haut Rang issu de Seilh

Un homme de Haut Rang!

Oran alexandrie

 

Impossible de résister à l’envie de faire ce clin d’œil cinématographique.

Voici un article écrit il y a quelques années pour la revue Seilhoise sur un ancien curé de Seilh à la vie pittoresque. Curé, sourcier, radiesthésiste, l’homme quitta Seilh pour aller où ? A Tataouine, pardi ! Devenu Maire d’Oran, l’homme sulfureux n’est pas une légende : une simple recherche sur internet vous renverra un nombre conséquent de résultats (quelques suggestions sont données au bas de ce post).

 

Avant de lire cet article je vous propose une video, qui vous montrera le sourcier en action: ici. Quel village de France ou d'ailleurs n'a pas eu son sourcier. Escroquerie? Pseudo Science? Je vous laisse juge.

Guide sourcier

 

 

Une incursion dans notre passé (auteur : PATRICK Laiman)

Gabriel LAMBERT : Curé de Seilh en 1927, Maire d’Oran en 1934

«  Un prêtre hors du commun. »

Curieux destin que celui de Gabriel Lambert, modeste curé de campagne que rien ne prédestinait à la célébrité. Rares sont sûrement aujourd’hui ceux qui à Seilh l’ont connu, côtoyé ou qui tout simplement ont entendu parlé de lui. Je remercie à ce titre André Simon, ancien 1er adjoint au Maire de Merville dont les grands parents étaient des seilhois de pure souche et qui lors d’une discussion a évoqué son souvenir, facilitant ainsi mes investigations.

Pourtant, c’est l’histoire d’un personnage haut en couleurs et pittoresque qui se révèle à nous.

Qui est au juste Gabriel Lambert ? Nous savons qu’il est né le 3 avril 1900 à Villefranche-sur-Mer, fils d’un adjudant, maître d’armes au 24° régiment de hussards. De sa jeunesse  rien de plus. Nous retrouvons sa trace en 1926 au moment de son ordination à Toulouse. Vicaire tout d’abord à Saint François-Xavier, dans le quartier de l’avenue de Muret à Toulouse, il est nommé prêtre de Seilh en 1927. Son séjour à Seilh sera de courte durée puisqu’il rejoint au début des années 30, le diocèse d’Oran, alors deuxième ville de l’Algérie Française. C’est là qu’il connaît la célébrité tout d’abord comme sourcier puis comme maire de la Ville après avoir quitté la soutane.

 

1.1Médaillé militaire

L’ex-Abbé Lambert devient le 33ème maire d’Oran en 1934. Il sera aussi le plus populaire. Ecclésiastique défroqué, il est alors proche des mouvements antigouvernementaux d’extrême droite, dont le Parti Populaire Français du tristement célèbre Jacques Doriot.

Coiffé du casque colonial et ceint de l’écharpe tricolore, il prêche la mobilisation contre les juifs et le Front Populaire alors au pouvoir. Il n’hésite pas également à soutenir la croisade pro-franquiste d’Afrique du Nord qui soutient financièrement l’armée du général Franco en rébellion contre le gouvernement républicain espagnol. Véritable idole, il déchaîne l’enthousiasme à chaque discours. Son buste, vendu 3 francs se trouve dans toutes les maisons oranaises ; c’est paraît-il une précieuse amulette pour les femmes en couches.

 

Il n’était cependant pas dénué de courage puisqu’il demanda à partir à la guerre en dépit de son mandat. Ses actes de bravoure lui vaudront d’être récompensé de la médaille militaire.

 

Malgré cet engagement idéologique contestable, son mandat est souligné comme une période de progrès pour Oran : il fait raser les murs de la ville pour donner naissance aux boulevards de 40 mètres de large. On lui doit l’amorce du front de mer, les halles centrales, les soupes populaires, les marchés ultra-modernes. Pourtant il n’apporta pas l’eau douce promise. C’est donc pendant les deux mandats municipaux de l’Abbé Lambert qu’ont été conçus les projets et commencés les travaux qui allaient permettre à Oran de devenir une grande métropole moderne de l’Algérie.

 

1.2Marié à Oran, inhumé à Antibes

Gabriel Lambert avait bâti sa propagande sur ses talents de sourcier, promettant l’eau douce à tous les oranais.

L’eau qui alimente alors la ville a une teneur non négligeable en sel qui altère fortement son goût, Notre ex-curé seilhois s’était engagé vis-à-vis de ses électeurs à remédier à cette situation. Il ne pourra tenir son pari et ce sera bien après lui que la ville et sa région seront alimentées en eau douce. Et pour l’anecdote, histoire de se rappeler le bon temps, bon nombre d’Oranais ajouteront une pincée de sel dans leur tasse de café.

Gabriel Lambert sera l’auteur d’un ouvrage consacré à sa passion « Journal d’un sourcier dans le sud algérien» dans lequel il exposera le phénomène dit de rhabdomancie, don du sourcier lié à l’usage de la baguette ou de tout autre instrument.

 

Gabriel Lambert, personnage pour le moins atypique, achève sa vie en 1979 à Antibes. Sur son acte de décès figure la fonction de député en retraite. Il s’était par ailleurs marié en 1941 près d’Oran.

Plusieurs biographies sont consacrées à notre ex-curé seilhois, « Oran au temps de l’Abbé Lambert » par Edgard Attias, « Un sourcier aux colonies » d’Henri de France, « L’abbé Lambert , Maire d’Oran » de Paul Birebent.

Par Patrick Laiman

 

Bibliographie, lien utiles:

Article du Cercle Algérianiste sur l'Abbé Lambert.

Revue Texture sur l'Abbé.

Revue "Le chat du Rabbin"

http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-policiers-et-polars/la-vie-presque-vraie-de-l-abbe-lambert-2730048

Un article de métapédia sur l'antisémitisme en Algérie.

http://fr.metapedia.org/wiki/Antis%C3%A9mitisme_en_Alg%C3%A9rie

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.