Democratie participative (clap de fin)

Peut-être l'article le plus court de ce blog!

La Démocratie Participative, que tout le monde attendait tant est née à Seilh.

Ce fut une belle histoire.

Bon, je développe un peu plus:

-un maire qui se passe d'une commission d'appels d'offre.

-une bulletin municipal qui annonce déjà comment l'argent sera dépensé (ce sera une salle des fêtes, après si vous voulez donner un avis sur la couleur de la peinture, ou la marque de la sono...)

-le même bulletin municipal qui vous annonce que l'on met en place la démocratie participative (mais pour décider quoi? l'ensemble de l'argent est déjà dépensé, non?).

Alors si vous voulez allez voir les "Référents" participatifs (tous issus à 100 % de "Unis pour Seilh"), qui participent à cette comédie (soit par humour, soit par naïveté, soit par cynisme), pour espérer y être écouté allez-y. Au mieux ils vous écouteront.

Qui disait, déjà: La dictature, c’est «ferme ta gueule»; la démocratie, c’est «cause toujours»?

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

Paul
  • 1. Paul | 29/04/2017
Rigoler moi ça ne me fait pas rigoler !!! ce mépris envers le public et les conseillers d’opposition, l’arrogance de certains, des discours ponctués de « Iso périmètre » à chaque phrase ou autres mots pompeux, voilà l’ambiance des conseils municipaux qui se répète au fil des mois.
Seilhois
  • 2. Seilhois | 29/04/2017
Les conseillers autour de Lozano sont juste la pour faire oui de la tete et rire quand M.Lozano arrive a retomber sur ses pattes par une pirouette linguistique. On apprend des mots, on rigole, mais ca ne sert a rien pour Seilh.
Anna
  • 3. Anna | 28/04/2017
Je pensais ne rien comprendre à la situation mais vous me rassurez, en fait j'avais tout compris. Le maire actuel s'est battu pour reprendre le poste et nous imposer sa vision des choses. Avec la faible majorité dont il a disposé, il se permet de lancer un projet coûteux dont au moins la moitié des Seilhois ne veulent pas. Cela me désole. Une salle polyvalente qui aurait permis, par une offre de sports étendue, de jouer un rôle social et surtout éducatif pour nos jeunes (mais aussi pour les moins jeunes) serait un investissement beaucoup plus raisonné. Deux visions s'affrontent : celle de M. Lozano, vision arriérée, épicurienne, dépensière et égoïste et une autre vision, celle qui par le sport, donne le goût de l'effort, permet de se dépasser, d'apprendre le "travail" en équipe et est un excellent complément au travail intellectuel. Sans compter que la salle polyvalente, permet également la tenue d'événements festifs. Mais à qui profite le crime ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.